Hanoi et la baie d’Halong : un rêve devenu réalité

Hanoi et la baie d’Halong : un rêve devenu réalité

Posted from Address not found.

Quand on est arrivées à Hanoi, on a vite compris notre douleur. Chaleur, chaleur, chaleur. Petit trajet dans le mini van qui nous mène de l’aéroport au centre ville et première grosse désillusion asiatique. On nous promet que pour un certain prix, on nous amène à notre hôtel. Une fois le prix payé et nous installées, voilà que le charmant chauffeur s’emporte “no hotel, bus station“. Oui, bon ok, on pouvait s’y attendre, on va dire que c’est une différence de compréhension de la langue. Une locale se met subitement à nous parler français : “ils ont très bien compris, mais ils ont la flemme. Bienvenue à Hanoï, la ville symbole du communisme vietnamien“. Elle nous précise qu’elle a vécu en France, à Nancy exactement, et que c’est de là qu’elle tient son français parfait. Nous dissertons rapidement sur les différences culturelles entre le nord et le sud du pays quand nous sommes déposées à la fameuse bus station. Qui s’avère être une rue. De là, on marche avec nos gros sacs, l’hôtel n’a pas l’air inaccessible à pied. Arrivées sur place, nous retrouvons Cécile, que nous avons rencontrées au Pérou lors de notre périple au Machu Picchu, et sa copine Philippine. Elles ont géré en avance pour nous : hôtel booké et sortie sur la baie d’Halong aussi. Bon l’hôtel n’est… pas terrible. Lit dans un dortoir de 8, c’est la guerre pour arriver à se faufiler dans les espaces consacrés. Heureusement, nous n’avons pas l’intention de nous y éterniser : départ dès le lendemain à l’aube pour rejoindre la baie. Nous retrouvons 2 amis qu’elles se sont fait sur la route, Axelle et Soli, et convenons tous ensemble d’aller sur la baie.

Ah… la baie d’Halong… Un vieux rêve de toujours. Elle fait partie de ma liste des choses à faire et je trépigne d’impatience de m’y rendre. Et c’est pour demain…

Donc à 7 h, départ pour Halong à 2-3 h de là. Rien de bien folichon pour cette ville portuaire, il faut l’admettre, mais peu importe, notre transporteur nous dirige directement vers les bateaux. Et là c’est la surprise. On voit des épaves et des embarcations de luxe : à quelle sauce allons nous être mangés ?

Ce sera pour un bateau d’un certain standing. On est content, c’est pas mal du tout : terrasse sur le toit, petit salon avec barman et cabine avec la clim. Il faut dire que j’avais été briefée par mes amis Carole et Clément et qu’on a donc opté pour l’agence par laquelle ils étaient déjà passés : Lily’s travel. Donc on a payé un tout petit peu plus cher mais on n’a pas regretté une seconde.

Allez, on lance les moteurs et c’est parti. Petit à petit nous pénétrons dans cette baie mystérieuse, imposante et majestueuse…

C’est comme je l’avais imaginé. Les rochers sortent de l’eau et la végétation s’y reflète dans un vert éblouissant. On n’a cependant pas vraiment envie de s’y baigner… Pourtant on nous le proposera plus tard. Mais nous y reviendrons.

Dans les 85 $ qu’a coûté le tour, on nous a promis de nombreuses activités : visites, kayak, atelier cuisine, pêche et baignade. C’est super, un peu short sur 2 jours certes, mais moi je veux juste profiter de la baie et basta. Cela dit, on se retrouve à visiter une immense grotte sur l’une des îles formée par l’érosion. Je ne me souviens plus du nom (peut-être était-ce la grotte du vent ou de la tortue, les asiatiques ont une grande imagination), mais je me souviens que, si la grotte n’avait rien d’exceptionnelle, la vue au sommet de l’île était incroyable.

P1040845

P1040844

P1040840

(il parait qu’on est sensé voir une mini baie d’Halong dans ces formations rocheuses)

P1040850

P1040807

Vue sur la baie du haut de la grotte sans nom

Retour sur notre bateau d’amour (oui je suis comme ça, je m’attache vite aux choses qui me plaisent) et départ pour la session kayak sur la baie. Alors, nous n’avons pas de photos mais nous avons les mots : drôle, instable, splendide, rafraîchissant. Et le souvenir d’avoir essayé de voir des singes parce que le guide nous a dit qu’il y en avait dans les arbres mais on a surtout vu 2/3 déchets en plastique et des habits accrochés aux arbres (??)

La séance de kayak achevée, c’est l’heure de l’happy hour sur le bateau (malins ! avec des boissons super chères, un discount de 1 $ est toujours bon à prendre) et nous nous posons avec nos tequila sunrise pour observer le coucher du soleil. On demande au capitaine de bouger le bateau pour changer la vue mais pas possible, les emplacements sont alloués dès le départ (en gros, tu payes plus cher, tu vois plus de trucs). Après, ça restait quand même magnifique et surtout on était tout seuls pour en profiter.

P1040860

Coucher de soleil sur la baie d’Halong…

IMG_0207Petit moment confidence sur le pont

P1040869

La fine équipe Halong session : Audrey, moi, Axelle, Soli, Cécile et Philippine

Puis c’est l’heure du repas gargantuesque…. Enfin pas tant que ça puisque la tablée a encore faim après avoir léché les assiettes. Du coup on se se sert chez les voisins. Les français ont encore du passer pour des gros rapiats mais nous on s’est régalé et on a évité les gâchis !

IMG_0209

Fin de la journée et je réclame ma session pêche. Les organisateurs décrètent qu’il n’y a pas assez de calamar dans la baie ce soir là mais j’insiste (on a payé quoi, zut alors !) et je m’essaye à la pêche avec lampe de poche et mini canne. Je n’attrape rien à part un gros fou rire avec les autres participants qui se sont joint à moi. Nous finissons par aller nous coucher car nous espérons avoir le courage d’admirer le lever du soleil sur la baie…

Le lendemain donc, je suis trop trop bien dans mon lit. Et puis j’ai la flemme. Et surtout je me rappelle oh combien nous sommes poisseuses du lever de soleil (2 de ratés déjà, j’ai pensé conjurer le sort avec celui-ci). Donc, je regarde vite fait par le hublot de la cabine. Je ne vois rien de folichon, je reste couchée. Et apparemment j’ai bien fait : ceux qui s’y sont tentés n’ont pas été transportés non plus (“on était pas placé du bon côté, le soleil s’est levé sur l’autre versant“). Et voilà un sort conjuré.

Notre 2e et dernière journée sur la baie va donc consister en 2 activités phares : la montée d’un sommet pour avoir une vue imprenable suivie d’une petite baignade dans le seul espace dédié à cet effet et un atelier cuisine nem-rouleau de printemps.

Je vous passe les détails sur la montée du sommet (il n’y en a pas, on a juste monté un sommet) pour en venir à l’essentiel : la vue. Et là, on a des preuves :

IMG_0215

IMG_0251

IMG_0237

IMG_0232

Non mais ça rend pas aussi bien qu’en vrai. Ça on le dit souvent mais là c’est justifié. Il y a d’autres endroits au monde où ça passe, et même parfois les photos sont mieux (comme une plage en Thaïlande où les couleurs sont saturées de vert et les sacs plastiques gommés) mais la baie d’Halong… Il faut le voir pour le croire.

Remises de nos émotions, on atterrit sur la fameuse “plage” où l’on peut se baigner. Je vais casser le suspense tout de suite mais… On l’a pas fait. Tout simplement parce que Carole et Clément nous ont prévenu qu’ils ont fait une petite réaction allergique à l’eau, extrêmement polluée au demeurant, et on a juste pas tenté le diable. Mais pour le plaisir des yeux, voici la plage en question :

IMG_0254

Enfin, le périple s’achève par le fameux atelier cuisine. Préparation de nem (frits) et de rouleaux de printemps (frais). Session : je mets n’importe quoi dans ma feuille de riz et j’ingurgite tout ça. Les locaux râlent (“non ! c’est trop gros ! ça va jamais cuire correctement !”) et nous on se marre. Le pire c’est que c’est bon.

Et voilà, toutes les bonnes choses ont une  faim/fin et nous naviguons tranquillement vers le port d’Halong. 3 heures de route plus tard, retour à Hanoi. J’observe le ballet des motos propre au Vietnam et des locaux habillés de la tête au pied pour éviter le soleil. Et nous arrivons dans le nouvel hôtel que nous avons booké (une chambre familiale pour 4 au même prix que notre dorm pourri de 8. Les wild girls : de vraies chef en négociation)

Et c’est notre dernière soirée tous ensemble. On retrouve Denis, un blogeur avec qui je suis en contact depuis quelques temps et, après avoir écumé les bières à 50 cts, on atterrit dans un club fashion de la capitale. La boss essaye de nous arnaquer mais on ne se laisse pas déstabiliser et on passe une soirée complètement folle…

IMG_0123Dernière soirée avec les fous de service

P1040896

Hanoi de nuit

Le lendemain Axelle et Soli sont partis et les filles veulent faire le tour de la ville en mode shopping. Moi j’accuse le coup de la veille et je reste me reposer à l’hôtel. Le soir, nous sortons à l’opéra (!!!) voir un récital de Ravel. Eh oui, qui dit tour du monde ne dit pas laisser-aller. Même si on débarque dans l’immense édifice en tongs et en débardeurs (j’ai aussi repéré 2 autres touristes en robes-baskets… On fait comme on peut avec ce qu’on a). Cécile et Philippine partent directement après le concert prendre leur avion pour la Corée (où elles font leurs études) et Audrey et moi allons nous reposer en vue de nous lever tôt le lendemain. Non, nous n’avons pas prévu d’aller voir un lever de soleil, mais on veut une place de choix pour aller voir Ho Chi Minh, le dictateur communiste vénéré des vietnamiens, congelé dans son mausolée (oui on peut voir ça à Hanoi, ça vous laisse imaginer à quel point les vietnamiens sont des gens à part…).

Mais il se trouve que nous ne sommes pas les seules à avoir eu cette idée puisqu’on dirait que tout le Vietnam s’est réuni aujourd’hui. Arrivées à 7h30, la file d’attente fait déjà…. 3 km au moins pour 4 h d’attente si ce n’est plus. C’est pas qu’on aime pas l’histoire du Vietnam ni tout ça mais là, ça faisait un peu beaucoup. Donc, du mausolée d’Ho Chi Minh, vous ne verrez que le batiment et un bout de la file :

P1040931

Mausolée d’Ho Chi Minh

IMG_03771/1000 ème de la file pour aller voir le vénéré dirigeant congelé

Et voilà, notre aventure dans la capitale vietnamienne s’arrête là. Mais elle ne serait pas complète si on vous passait sous silence notre dernière bévue. Rentrées du mausolée en moto-taxi, à 3 sur l’engin, on convient d’un prix de 10 000 dongs au départ et on sert des fesses avec Audrey sur la route. Arrivées à notre hotel, cherchant dans nos porte-monnaie, le chauffeur voit nos sous et l’occasion toute trouvée : le prix devient subitement 100 000 dongs (c’est cher, c’est l’arnaque, on le sait). Nous refusons de payer et allons nous enfermer dans l’hotel. Le chauffeur fait un scandale dans la rue, les locaux s’agitent et nous disent qu’il faut payer. Le tout remonte jusqu’à la patronne de l’hotel qui nous demande de le payer également. Nous finissons, en rage, par lui donner 50 000 dongs en lui sommant de disparaitre sur le champ. C’est un détail, mais c’est très très énervant de finir sur ça. Donc le conseil que j’en ai tiré : toujours montrer la somme visée inscrite quelque part (papier, téléphone…). On avait bien convenu la somme de visu en montrant le billet concerné pour être sûre (d’où le fait que j’ai ragé d’avantage) mais ça n’a pas empêché notre malhonnête chauffeur d’essayer de nous embobiner.  Eh oui, ce sont les aléas du voyage, c’est pas drôle mais ça fait aussi partie de l’histoire, et à ce titre ça nécessite d’être raconté. Bref, plus de peur que de mal, le soir même on prenait notre bus pour Sapa et tout était sous contrôle. Et on allait vite vite passer à autre chose dans nos têtes…

,,

One comment on “Hanoi et la baie d’Halong : un rêve devenu réalité”

  1. Et oui, c’est moi, me voici en guest-star sur le blog Wildway!! 🙂
    Sinon, pour la baie d’Halong, je vois que vous avez du soleil, cool! Moi j’ai eu des nuages, mais c’est surement parce que je n’avais payé que 50$… Et puis ma cabine n’était pas climatisée, qu’est ce qu’il faisait chaud et moite, difficile de dormir! Mais bon c’est parce que je n’avais payé que 50$ j’en suis sur! 😉
    En lisant la ènième tentative d’arnaque dont vous avez été victime, je me dit que j’au eu du bol. De partout sur le net on peut lire que beaucoup de vietnamiens essaient d’arnaquer les touristes, 5 jours avant mon arrivée, une copine me raconte qu’elle en est presque venue aux mains avec un chauffeur de taxi à Saigon qui avait une vision multiplicative des prix avant et après la course (un peu ce qui vous est arrivé)… Bref moi il ne m’est rien arrivé, même pas une petite tentative, rien, tous les viets que j’ai croisés ont été super réglos et très agréables avec moi, bref que des bons souvenirs!
    Bref, j’attends maintenant le billet sur Sapa, parce que moi, Sapa, je n’en ai vu que de la pluie et du brouillard…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*