Comment Sydney nous a enchantées : petites anecdotes et bons plans

Comment Sydney nous a enchantées : petites anecdotes et bons plans

Posted from Address not found.

Nous n’avions pas prévu d’aller en Australie. Ni même en Nouvelle Zélande, ni même à Tahiti. Toutes ces destinations c’est Sean, notre agent à Travel Nation qui nous les a proposées. Parce que déjà pour aller de l’Amérique du Sud à l’Asie, on est obligé de prendre une correspondance en Océanie. Et puis surtout parce que tant qu’à y être autant s’y poser un peu. “Allez je vous met 5 jours à Auckland et 5 jours à Sydney !” Qu’il nous a dit, Sean. “Et puis pour le même prix je vous ajoute Tahiti“. Nous on l’aimait déjà bien, mais là c’est devenu notre poto.
Puis finalement, après réflexion, on a rallongé la Nouvelle Zélande et raccourci un peu l’Asie. Par contre on a gardé les 5 jours à Sydney et voilà ce que ça a donné.

Les vrais australiens nous ont tous dit “évite Sydney, prend un vol direct et va à Melbourne ou sur la Gold Coast“. Je peux comprendre, j’aurais dit la même chose de Paris. Mais on avait la flemme – pas le budget – pas envie et on s’est juste posé à Sydney. Et on doit admettre qu’on a vraiment bien aimé.

IMG_8888

Sydney vue du ciel

Je n’ai jamais été particulièrement attirée par l’Australie. Je ne sais pas si c’est parce que c’est un pays trop développé ou à cause des araignées (je dirais quand même plus les araignées) mais je n’avais pas plus prévu que ça d’y aller. Audrey un peu plus, d’ailleurs elle y retournera sûrement quand je serais partie. Ou pas, elle ne sait pas encore, je suis pressée de voir ce qu’elle a choisi.

IMG_9012

Voilà, Sydney, c’est ça…

Bref, Sydney c’est IMMEMSE et c’est beau. Oui, pour une grande ville, c’est beau. C’est bien agencé, coloré, tranquille. Même les hommes d’affaire partent travailler en tong, ça vous donne une idée de l’esprit chill du lieu. On s’est donc posées dans le quartier de King Cross, hyper central, parfait. Moi ça m’a fait un peu rigoler parce que ça me faisait penser à Londres où j’ai vécu pendant 2 ans. Et puis après j’ai vu qu’il y avait un Hyde Park, une Oxford Street et un Crystal Palace et je me suis rappelée que c’était une monarchie parlementaire anglaise. Colonisée et construite par les anglais. Donc on copie ce qu’on sait faire et les rues ont les mêmes noms qu’en Angleterre.

Notre hôtel – le Highfield hôtel – n’était pas trop mal, à part la connexion limitée à 200 Mo mais avec des yeux de biche et une promesse de rester les 5 jours chez eux, on a eu 5Go gratuits. On avait le frigo, le petit dej, la télé et on pouvait même y mettre une clé USB pour se regarder des films en HD. C’est sûr, ça a dû aider à apprécier notre expérience sydneyienne (mais comment on dit ?!)

A peine arrivées, on va se coucher : Nouvelle Zélande / Australie, il y a un petit jet lag. Et vu que le lendemain on était invitées à petit déjeuner chez une amie de Michael (notre fameux super coach surfeur d’Auckland), on s’est dit qu’il serait plus malin d’y aller reposées.

IMG_9047Notre voisin vient nous dire bonjour

Le lendemain donc, direction Surrey Hills (comme à Londres, encore) et nous voilà dans l’immense demeure de Karla avec café bio et peinture de Matisse au mur. On ne se sent pas super à l’aise au début mais Karla à l’art de désamorcer la situation et on finit par rire à gorge déployée pendant qu’elle nous prépare un petit listing de ce que l’on peut faire à Sydney. On repart en suivant sa route toute tracée et, il faut bien l’avouer, c’était vraiment nickel.

Point de départ : le jardin botanique. Moi je cherche les chauves souris géantes que ma pote Lise m’a conseillé d’aller voir mais j’apprends qu’elles ont été déplacées dans un autre parc. Je prends note pour plus tard parce que j’ai vraiment bien envie de les voir.

IMG_8931

Vue du jardin botanique

On passe donc au Art Gallery NSW sur la route, c’est gratuit et il y a la free wifi. Et accessoirement il y a des œuvres d’art.

IMG_8904

IMG_8905

IMG_8920

On y passe une bonne petite heure, c’est plutôt sympa, et on continue de traverser le jardin botanique, direction : l’OPERA. Bah oui, que serait Sydney sans son opéra ? Opéra qui en passant est l’attraction n°1 au point que tous les bons plans qu’on nous a donnés permettent de le voir sous différents angles (du pont, du ferry, de la petite île là bas…). Après c’est vrai qu’il est beau cet opéra et qu’on ne s’en lasse pas. Le seul soucis ce jour là c’est qu’il y avait un incendie aux Blue Mountains, à plus d’une heure d’ici, et que tout Sydney était recouvert d’une couche de fumée. Pour la vue dégagée, on repassera. Mais au final, on l’a tellement vu cet opéra qu’on a eu notre quotat.

IMG_8936

Le bon plan c’est d’aller à l’Opéra house, un bar qui longe les quais et c’est là qu’on peut faire des belles photos. Puis direction Circular Quay suivi du quartier de The Rocks (c’est facile, c’est toujours tout droit, on tombe dessus) avec petit marché et pubs typiques (un des plus vieux quartiers de Sydney il me semble). En passant, petit passage à la terrasse de l’autre musée d’art moderne, le Museum of Contemporary Art, on monte sur les hauteurs et la vue est à coupée le souffle. Sauf quand un immense bateau de croisière a décidé de se parquer juste devant. Mais bon, on a l’idée globale de ce qu’on était sensé voir.

Puis c’est traversée des eaux via le Harbour Bridge – et ça c’est très très beau – pour finir vers Milsons Point et le Luna Park.

IMG_9021

IMG_9040

IMG_9018

De là, petit conseil, il y a un petit parc juste au pied du pont où on peut se poser pour regarder le coucher de soleil. Magnifique. Surtout celui qu’on a vu 2 jours plus tard, j’y reviendrai.
Le tout fait un peu penser au coucher de soleil depuis Brooklyn avec vue sur Manhattan pour ceux qui sont allés à New York. Pour les autres, je conseille vivement de passer y faire un tour, un jour…

On a ensuite acheté notre Opal Card (carte de transport magique : au bout de 8 trajets – séparés d’au moins une heure chacun – tous les autres trajets de la semaine sont gratuits) et zou, direction la maison parce qu’on avait rendez vous avec Massimo, un ami de Londres qui vient de commencer son aventure australienne. Super soirée à refaire le monde et se rappeler les souvenirs de notre colocation anglo-saxonne. Mais lendemain terrible avec la cuite au vin australien (ce n’est juste pas bon, médaillés ou pas, leur vin est mauvais).

Donc le lendemain il ne fait pas beau, voilà c’est comme ça, et on laisse tomber la sortie à Manly. Dommage parce que les dimanches les trajets sont bloqués à 2.5 $ et que pour le ferry à 12 $ aller / retour ça vaut la peine. Mais Manly c’est une île et c’est connu pour ses plages donc c’est pas ce qu’on fait de mieux sous la pluie.

On s’est finalement motivées pour aller au Centennial Park voir les flying foxes – ces fameuses chauve-souris géantes – en liberté. Et c’est bien bien sympa ce parc. Non seulement par ce que c’est beau, mais aussi parce qu’on a vu des milliers de grappe de chauve souris accrochées en haut des arbres – et ça c’était angoissant, fascinant et mystérieux – et qu’il y a plein plein d’oiseau complètement fous : cygnes noirs, perroquets et autres espèces divers et variées aux plumes ultra colorées. Donc on conseille vivement une petite virée au Centennial Park.

IMG_9055

Les flying foxes du Centennial Park

Le lendemain, lundi, on avait prévu d’aller aux Blue Mountains avec Massimo mais il fait encore moche et il pleut. On a donc changé notre programme pour aller se poser à la librairie et profiter de la wifi gratuite pour mettre à jour le blog (et oui, ceux qui nous suivent savent qu’on est toujours en retard de 2/3 articles, et je vous avouerai que ce n’est pas une question de motivation mais comment se tenir à la page alors qu’on a des tonnes de choses à faire. Et qu’on doit digérer. Pour les poser sur le papier (numérique). Sans parler des connexions aléatoires. Désolé, on fait de notre mieux, parce que nous le valons bien). Donc on a bien bossé, rattrapé vite fait notre retard et puis on a filé à Milsons Point dans notre fameux petit parc pour voir le coucher de soleil. Heureusement la vue était dégagée. Et là on a eu droit, disons les choses honnêtement, au plus merveilleux coucher de soleil de notre vie. La preuve :

On a terminé la journée avec un steak / frites à 5 $ chez Forrester. Bon plan bouffe : c’est tous les lundis.

On avait prévu d’aller à ces fameuses Blue Montains le lendemain mais en rentrant à l’hôtel, Audrey est tombée sur une brochure de la Featherdale National Reserve où on peut approcher les kangourous et les koalas. Le tout pour 31 $. On n’y croyait pas au début parce que tout le monde nous avait dit que c’était impossible et / ou cher, mais on s’est dit qu’on allait tenter. Donc finalement, le lendemain, on y est allé et ça c’est Audrey qui va raconter

Bon j’avoue, j’ai fait mon petit caprice en voyant la brochure. Céline, Céline je veux aller làaaaa. Avec mes petits yeux de Chat Potter qui brillent. On nous avez dit que c’était 150$ pour les approcher et les toucher alors comme je suis têtue ( je vois déjà mes amis sourire et acquiescer…), j’ai cherché partout le prix et on a vu que c’était 31$ mais que c’était en dehors de la ville. Malgré ce qu’on pourrait croire, ce n’est pas le zoo de Sydney qui s’appelle aussi Wildlife. Pas de problème avec notre carte Opal rien ne nous arrête.
Dommage que le matin même, je laisse échapper mon téléphone. Il a dû tomber plus de 500 fois mais là c’était celle de trop. Au son du contact avec le sol j’ai su… oui su qu’il était cassé. Écran brisé, le tactile ne marche plus, et fait dix mille actions à la seconde. Heureusement qu’on va voir des koalas et des kangourous aujourd’hui sinon j’aurais dit que ça allait être une sale journée. Nous voilà parties pour Blacktown en métro et direction le parc Featherdale Wildlife en bus. Premier enclos, il y a déjà de tout petits kangourous qui sont super vifs et qui n’ont pas trop envie de se laisser caresser. A 10h – 11h il y avait les explications sur les serpents alors on file au vivarium car il est 11h passé mais on ne sait pas si il y a deux sessions, une à 10h et une à 11h ou si il s’agit de la même session de 10 à 11h (la brochure est assez mal faite) et on a bien envie de les toucher. Quoi toucher un serpent, mais vous êtes pas bien!!! Ca va ! Dans les parcs ca craint rien! Enfin on espère…
On passe en vitesse devant tous les animaux, oiseaux, kangourous, koalas, echnidas, diable de Tasmanie. Aaaaah des gens touchent un kangourou qui a l’air très conciliant. Difficile de rester focus sur l’objectif serpent. Ok on le touche deux secondes et on y va. On se fait violence et on arrive enfin au vivarium mais les soigneurs sont en train de reposer les serpents. Dommage on n’aura pas pu les toucher… On regarde les différents serpents dans les vivariums et il y en a des impressionnants quand même. Je n’aimerais pas me retrouver face à eux dans la nature qu’ils soient venimeux ou pas.
On retourne aux kangourous avant de visiter soigneusement le parc, on s’essaie à quelques selfies. Il y a un vieux kangourou tout zen et un jeune qui court partout puis il se calme en l’amadouant avec quelques brindilles et un cornet.

On est comme des gamines voir pire. Je résiste d’en attraper un pour l’écrabouiller contre moi comme font des fois les enfants avec les chats.

J’ai trop envie de prendre dans mes bras un koala alors on part en mission photos avec le koala. Les soigneurs nous disent qu’on ne peut toucher que le corps, pas la tête et ils restent sur la fausse branche. Dommage j’avais envie de toucher son nez pour voir si c’était comme le museau des autres animaux. Difficile de faire un selfie, à chaque fois que j’essaie il s’agite, mais on a réussi à faire quelques belles photos.

On prend le temps après de faire le tour du parc. On voit de nouveau des chauves souris et des kangourous plus gros.

Et pleins d’oiseaux, plus beaux les uns que les autres, chouettes, aigles, émeus, perruches, cacatoès et bien plus encore :

On assiste aux explications sur l’echnida qui est comme l’ornithorynque : un des mystères de la nature, à la fois ovipare et mammifère. En effet, la femelle echnida fait en général un oeuf qu’elle va mettre dans sa poche ventrale. Le bébé va sortir de l’oeuf pour se développer dans la poche et être allaité.

On essaie désespérément de prendre une belle photo d’un diable de Tasmanie mais rien à faire, il n’arrête pas de courir. De temps en temps, il s’arrête pour nous narguer quand on n’a pas l’appareil pointé sur lui. On appelle ça un diable sûrement parce qu’il est insupportable à prendre en photo.

dscn3734.jpg

Avant de partir, on retourne faire un tour dans l’enclos des petits kangourous pour leur faire un dernier bisous. Et on rentre avec le sourire jusqu’aux oreilles (et une vague odeur de kangourou).

On venait de passer 4 jours entiers à Sydney et déjà on en avait pris plein les yeux. Australie, je l’avoue, tu m’as bien eu. Et ça c’était sans compter la visite de Manly, la fameuse île à laquelle on accède par ferry. Ici donc le bon plan consiste à y aller soit le dimanche parce que la route est plafonnée à 2.5 $ soit après avoir fait ses 8 trajets avec son Opal. Mais ça on ne le savait pas avant donc on fait circuler l’info pour que vous puissiez en profiter si un jour vous y allez.

Manly c’est des plages magnifiques, des barbecues mis à disposition par la commune et des falaises qui tombent à pic dans les eaux profondes de la baie. On s’est fait une petite balade + lecture sur la plage. C’était très bien, on a adoré mais il a commencé à faire froid, alors on est rentrées.

Le jeudi, c’était fini mais l’avion étant le soir, on s’est fait une journée marathon qu’on a réussi à tenir au quasi millimètre près. Le matin, visite de l’aquarium de Sydney pour aller voir… les ornithorynques !!!! Mon animal préféré de la vie. Si une chose pouvait m’amener en Australie étant petite, c’était bien lui. Et voilà, aujourd’hui c’est le grand jour de la rencontre. Sauf qu’on arrive au guichet avec nos billets pré-payés en ligne et que le guichetier nous apprend que les ornithorynques ont été déplacé au zoo. J’ai envie de pleurer mais le gentil garçon de l’accueil nous prend en pitié : il échange nos billets et nous fait passer directement au zoo qui se trouve (coïncidence ?) juste à côté. On zappe les kangourous, koalas et autre diables de Tasmanie (on a eu notre dose au Featherdale) et on bloque devant l’aquarium des ornithorynques. Ils sont timides, cachés et quand ils sortent, ils nagent tellement vite, qu’il est impossible de les attraper en photo. Voilà ce qu’on a réussi à avoir de mieux après une heure à mitrailler :

Je suis trop heureuse et la gamine qui réside en moi craque pour une peluche platypus (nom anglais de l’ornithorynque) au magasin de souvenir. Va falloir se la trimballer maintenant…

Mission d’après : trouver un change pour avoir des dollars. Notre prochaine destination c’est le Viêtnam et on doit payer notre visa en dollars à l’arrivée. Et ça sera pareil au Laos et au Cambodge. Et là, on ne sait pas pourquoi, ça a pris un temps fou et ça nous a retardé pour le reste de la journée. Il y a avait du monde et la caissière ne comprenait pas ce qu’on voulait (euh, changer des dollars australiens et des euros en dollars américains… Je ne vois pas trop la difficulté). Puis on a couru se faire faire un petit souvenir du voyage qui nous a pris un peu plus de temps que prévu aussi et enfin, on s’est retrouvé coincées dans les bus en allant voir Massimo pour lui dire au revoir. Le pauvre a attendu une heure sur la plage (ça va, y a pire) et s’est finalement rappelé qu’il devait bosser à 16 h et non 17. Donc on s’est vu… 10 mns. Mais on a quand même eu le temps de se souhaiter plein de belles choses entre mon voyage et son futur trip en van tout en se donnant rendez vous “quelque part dans le monde”.

Il nous rester à ce moment là 2 h pour vadrouiller et retourner à l’hôtel où nous attendait la navette pour l’aéroport. Heureusement Massimo nous avait rencardé sur la plage de Coogee et la dernière chose qui nous restait à faire était la marche entre cette plage et celle de Bondi. Alors on l’a fait au pas de course, pendant que le soleil se couchait, mais je dois avouer que ce qu’on a entraperçu était absolument fabuleux. Et puis on a filé pour l’aéroport, prêtes à embarquer pour l’Asie.

Bilan et heure des comptes.
Ok, ok, j’admets : l’Australie c’est beau. Et c’est super sympa, il y a des tonnes de choses à faire. On a eu qu’un aperçu et on ne peut sûrement pas résumer un pays à une de ses villes (“n’est-ce pas, Paris ?”) mais c’était très encourageant pour nous motiver sur un prochain voyage. Malheureusement, c’est cher. Quelque chose comme 500 € la semaine avec un budget de 1000€ le mois, ça donne à réfléchir.

Et pourtant, malgré ça, je pense sincèrement qu’un jour, j’y retournerais…

,,,,,,,,,

2 comments on “Comment Sydney nous a enchantées : petites anecdotes et bons plans”

  1. Han featherdale ça a l’air vraiment trop bien ! Et les ornithorynques le lendemain…. Je suis trop méga jalou 😮

    Les fameux yeux de chat potter d’Audrey, mdr :p

    1. Les ornithorynques c’est toute ma vie… Prochain défi : les voir en milieu naturel (=retourner en Australie)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*