Ce qu’on ne m’avait (encore) pas dit sur le voyage

Ce qu’on ne m’avait (encore) pas dit sur le voyage

(7 vérités qui rétablissent un mythe)

Après avoir démonté les mythes qui entourent le voyage, je me devais de rétablir une autre vérité. Celle qui fait qu’aujourd’hui j’en suis là, je persiste et signe et j’en redemande encore.
Parce qu’on ne m’avait pas dit non plus que…

1. Tu seras fier de toi

Et bien plus qu’en restant dans ton fauteuil à mater netflix. Tu sais quand tu décides d’aller faire une petite balade du dimanche ou de ne pas reporter ENCORE ta session sport et qu’après tu te dis “ah ah ah ! Je suis trop fier de moi !” et ben ça te fait pareil x 100 ou x 100 000, ça dépend de l’effort engendré. Comme monter un pic à 4 500 m d’altitude et affronter le mal des montagnes pour enfin apercevoir cette lagune bleue fluo ou arriver à négocier ta chambre d’hôtel en espagnol alors que tu ne parlais pas un mot à l’arrivée. Et là tu te dis que ça en valait la peine.

2. Tu seras beau comme un surfeur australien

Le soleil à cet avantage de te donner un teint hâlé et chaleureux que la pluie n’a pas. Mais la pluie est vitale pour faire pousser les légumes qui participent à ce teint de bonne santé alors ne la diabolisons pas. En outre, le petit style voyageur avec débardeur et saroual + bijoux chinés en route, donne tout de suite un genre particulier qui vend du rêve. A tous ces apparats s’ajoute le bonheur intérieur qui surgit de toi et se lit sur ton visage. Donc après 2 mois sur la route, on est déjà bien plus beau qu’au départ. Et sans trousse à maquillage

3. Tu referas le monde à chaque nouvelle rencontre

Enfin pas chaque-chaque parce que parfois tu rencontres des cons. Mais la plupart du temps tu rencontres des gens vraiment sympas qui voyagent et sont dans le même esprit que toi. Ajoute à ça qu’ils viennent du monde entier et que vous vous rencontrez dans un pays qui est différent du votre, la situation est déjà assez cocasse en soi. Et te voilà à disserter du problème nord coréen avec des brésiliens, à analyser les derniers résultats présidentiels du pays avec des coachsurfeurs argentins et à donner des conseils amoureux à un compatriote loin de sa chérie. Une psychothérapie de groupe donc.

4. Tu seras le Mac Gyver des temps modernes

Ou tout du moins la Mary Poppins de service. Parce qu’au bout d’un moment tu auras tout l’attirail nécessaire dans ton sac : couteau suisse, pinces à linges, élastiques, chargeur externe solaire, sac de couchage et boules quies (le secret d’un voyage en bus réussi), que de petites choses simples mais qui changent tout. Au début tu paniques parce que tu as peur de manquer de quelques choses (ah les affres de la surconsommation) et après tu sursautes à chaque connexion wifi trouvée. Et entre nous, au 21ème siècle, y en a quasi partout.

5. Tu écouteras ton instinct

Et tu lui feras confiance. Puis tu verras qu’il ne se trompe que très rarement voire jamais. Bien sûr tu prendras des risques, un peu, mais c’est alors que tu te sentiras vraiment en vie. Et puis tu te rappelleras que parfois c’est bon de sortir de sa zone de confort et que le risque est présent partout : en traversant la route pour acheter ta baguette de pain ou rien qu’en prenant ta douche le matin. On peut te dépouiller à Rio mais on peut aussi te voler ton sac à Paris. On peut avoir une tourista carabinée à Bombay ou une intoxication alimentaire à Londres. Être en vie c’est savoir qu’un jour on va mourir. Et c’est déjà un risque en soit.

6. La patience tu apprendras

“Un bus de 24 h ?! Oh oui ! Ah ! Il y a des couvertures, un repas et du café en libre service. Sans oublier le dernier film de Léo, tu sais celui avec lequel il a enfin gagné un oscar !”
Oui, chers amis, j’en suis arrivée à ce point. Alors qu’avant, un trajet de plus de 5 h en train me rendait chèvre, j’en suis arrivée à attendre le car comme une enfant. Et il faut dire que ceux d’Amérique du Sud sont super classes, suffit de prendre un siège-camas et t’es quasiment allongé. Sans parler des sleeping bus asiatiques qui sont carrément des vrais lits (avec une taille moyenne basée sur la norme asiatique, je le concède, mais moi je fais 1m60 donc c’est parfait). Donc tu glandes en bougeant, j’adore l’idée. Mais la patience c’est aussi accepter que le bus est complet et qu’on va devoir rester une journée de plus dans la même ville (“chic ! On va mater une série et recoudre ce pantalon !”) ou trouver des solutions alternatives parfois assez folklo (je vous déconseille tout de même le train argentin, même pour la modique somme de 5 € les 700 kms.)

7. Le voyage c’est plein de surprises

Et la vie c’est plein de surprises. Donc le voyage c’est la vie. CQFD

Céline

 

,,,

4 comments on “Ce qu’on ne m’avait (encore) pas dit sur le voyage”

  1. mamounette says:

    je reste sans voix ! tu as gagné en sagesse plus qu’en 10 ans de thérapie ou de yoga ! Même plus que moi en 60 ans de vie !! tu étais déjà une fille formidable au départ, mais là je vois une vraie belle personne que j’ai hâte de découvrir bientôt.
    Je suis aussi heureuse de voir que tu as l’intelligence de suivre les conseils des uns et des autres (dont Cricri bien-sûr) et que ce fut un bon choix.
    Merci pour toutes ces belles confidences
    biz

    1. Merci maman !! C’était évident que vous aviez tous raison, mais comme tu sais, je suis bélier, je suis têtue, et il faut toujours que j’aille au bout des choses. Donc ce voyage, en résumé, c’est une bonne dose de frisson et quelques grammes de sagesse. Je suis pressée de voir combien de temps je vais réussir à en garder les enseignements en rentrant. Peut-être jusqu’au prochain voyage… Et en attendant : yoga !
      Je t’embrasse

  2. Et oui, encore une fois un très bon article, je ne peux qu’opiner du chef!

    J’ajouterais une petite chose concernant ta prose sur l’instinct. Oui, il ne se trompe que très rarement voire jamais. Mais il y a aussi une chose qui lui est complémentaire: ta bonne étoile.
    Ta bonne étoile te suit car tu as su la provoquer. Tu as su la provoquer en osant réaliser ton rêve. En osant réaliser et poursuivre ton rêve, tu dégages de l’énergie, de la bonne énergie. Cette bonne énergie laisse s’exprimer ton instinct et attire ta bonne étoile. CQFD
    Cette bonne énergie se dégage et se ressent, aussi bien en “live” avec les autres personnes que sur les photos. Et les gens le ressentent et le voient sur les photos et te disent: “Wouah tu rayonnes!! Tu respires la joie et le bonheur!”….

    PS: le voyage ne m’a pas rendu “beau comme un surfer australien”, je l’étais déjà avant! 😉

    1. Merci Denis pour ton commentaire plein de sens. Bien sûr, je ne peux qu’opiner du chef, c’est évident que tu as des gènes aussies en toi. Alors on va dire… Encore PLUS beau qu’un surfeur australien 😉
      Prends soin de toi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*