Puno, dernière étape péruvienne

Puno, dernière étape péruvienne

Posted from Address not found.

Puno, première ville que nous visitons au bord du lac Titicaca. Pourquoi tout le monde connaît ce lac et pourquoi je le connais. En parlant avec un français,  il nous dit que ce lac a fasciné tout le monde dans son enfance.  Sa théorie,  c’est que le nom fait penser à pipi caca,  oui bon ok, mais je vois mal ma maîtresse de l’époque nous en parlait pour ça. Ça doit pas être ça.  Ça me reviendra bien le pourquoi, parce que cette théorie pue, sans mauvais jeu de mot.
On est à Puno en pleine préparation de la fête de la vierge des candeleria,  il y a des fanfares dans la ville c’est drôle,  quand on pense Pérou, on pense flûte de Pan. Du coup, la musique doit être innée chez eux. Bein, pas du tout, ils ont des instruments mais on ne peut pas dire que c’est une réussite, c’est un peu un mélange de notes en totale dissonance.

DSC_1691

On va dire que c’était la répète parce que ça fait pas rêver mais c’est la fête, les gens chantent et dansent,  c’est sympa à voir.
Au bout de presque un mois on a quelques courses à faire , notre premier hypermarché,  on se croirait dans un grand distributeur que je ne citerais pas. Ça fait bizarre. Ça change des petits magasins tenus par les mamas.

dsc_1693.jpg

On est paré pour demain,  les îles Uros.
Ce sont des îles flottantes construites à la base du côté bolivien du lac mais les populations ont migré avec leurs îles pour suivre les bancs de poissons.
Maintenant c’est comme tout ici, c’est devenu touristique,  mais ça m’intrigue des îles flottantes qui bouge,  à part en dessert, je n’ai jamais vu ça.
On prend un petit bateaux au port, et le lac est juste magnifique,  d’un calme plat, on se sent sereines à naviguer dessus.  Le ciel se reflète à la surface de l’eau.

dsc_1707.jpg

Y a pas à dire, pour moi dès qu’un paysage contient une étendue d’eau, même ne serait ce qu’une flaque,  je suis ébahie devant la beauté du paysage. Et là,  y a une énorme flaque!!

wp-1454948059368.jpg

Céline teste la conduite du bateau

On arrive au poste de garde des îles. Le chef dispatche les bateaux des visiteurs dans les différentes îles, pour qu’il y ai un roulement.


On débarque sur une petite île où on nous explique comment sont construites ces îles.  Si vous voulez en savoir plus, faut y aller, je veux pas vous spolier.

wp-1454948008405.jpg

dsc_1717.jpg

wp-1454947904055.jpg

dsc_1723.jpg

Mais oui, pendant les explications ça me revient, on connaît le lac Titicaca parce que c’est le plus haut lac navigable. Ouf, on dormira mieux ce soir.

On nous déguise avec les habits typiques et on nous fait visiter leur maison.

wp-1454947863719.jpg
On voit que c’est touristique parce qu’on veut nous obliger à acheter des objets et les petites filles nous demandent d’acheter comme si leurs vies en dépendées. Malheureusement pour eux, même si on a envie de se laisser tenter,  on se voit mal avec une tapisserie de Pachamama et étant notre dernière étape du Pérou, nous avons gardé que le nécessaire pour passer la frontière. On part des îles , même si c’est touristique, mes yeux ont appréciés le lieu.

wp-1454947875281.jpg

On continue notre journée, trop cool une autre fanfare qui joue bien cette fois et qui part de la place des armes.

DSCN0858
Audrey!
Quoi Céline?
C’est un enterrement!
Oups, dommage ils jouaient super bien. Vous n’aurez donc pas de film pour le respect du défunt. Moi je veux pareil pour mon enterrement c’est trop cool, personne ne pleure et y a des chansons entraînantes.
Bon il est temps de passer la frontière,  la dame de l’hôtel, nous a conseillé de ne pas prendre un bus touristique car c’est plus cher et ça implique de passer la frontière avec tous les bus touristiques et c’est assez long.
Nous voilà parti en combi pour yungoyo, avec nos gros sac sur le toit, et la pluie menaçante. 2h30 de petite route, arrivées au village on sent bien les gens qui ne voit pas souvent de touristes, on nous dévisage. Il est vrai que le soleil réfléchit assez bien sur nos peaux blanches et qu’on ne passe pas inaperçu avec nos gros sac.
On prend une moto taxi,  complètement esquichées avec nos sac, on voit à peine la route, mais le conducteur ne la voit pas beaucoup plus avec les autocollants sur le pare brise.

dsc_1737.jpg

Kasani, frontière Pérou/Bolivie.
On passe la douane péruvienne,  puis on passe dans un endroit sans nationalité

dsc_1740.jpg

 

dsc_1742.jpgEn 5min chrono,  la douane bolivienne est derrière nous. Prochaine étape, Copacabana.

,,

7 comments on “Puno, dernière étape péruvienne”

  1. Trop bien les déguisements, en plus c’est mardi gras aujourd’hui en france.
    Alors, ça fait quoi de porter une robe de princesse pendant un TDM. Mdr.

    Je suis sur qu’alain pardon Nelson va nous trouver une bonne blague sur ce magnifique moment….

    J’attends avec impatience copacabana.

    Bye

    Kevin

  2. ahah j’adhère aux tenues, génial!

  3. Perso, quand j’étais petit le lac Titicaca représentait surtout une étendue d’eau dont le bilan hydrique était largement réduit par une évaporation considérable pour un climat relativement froid ; elle est cependant largement explicable par une sècheresse de l’air et par les vents extrêmement secs soufflant sur la région. Ce bilan hydrique est d’ailleurs de 1 636 m³/m2 de surface, vous rendez-vous compte ? Enfin c’est ce dont je me rappelle de ma classe de CM1 avec Mademoiselle Eléouette, une bonne sœur aigrie et acariâtre qui éprouvait un malin plaisir à nous marteler le bout des doigts avec une règle en bois carrée.
    Je me rappelle aussi qu’on en parlait à la récré … on avait même créé un jeu à l’époque : le « Ticaca Quiz » (une sorte de Burger Quiz mais sans viande bovine, uniquement de la viande de Cuy qu’on prononce « Couille »).
    Il y avait même une manche du jeu qu’on appelait le « Grand Ticaca de la Mort ». Elle consistait à répondre à 10 questions mais seulement après qu’elles ont toutes été énoncées (ouais ça choque grammaticalement mais je crois que c’est juste … Audrey demande à Céline !). Si on remportait le « Grand Ticaca de la Mort » on gagnait 25 « oins oins » qui sont des bébés de « cuy » (qu’on prononce toujours « couille»).
    Les questions étaient pèle mêle : sa longueur, sa largeur, son altitude, sa profondeur moyenne ET maximale, le nombres de rivières se jetant dedans, son nombre d’îles, son volume d’eau, sa surface totale, au Pérou, en Bolivie … et les réponses, qu’on devait énumérer dans l’ordre étaient : 190 km, 80 km, 3812 m, 107, 327, 25, 41, 8562, 4772, et 3789. Oh la la qu’est-ce qu’on rigolait … on avait 8 ans … moi 11 j’avais redoublé quelquefois et j’étais pas très fort en Titicaca.
    Bien sûr les plus attentifs d’entre vous auront noté qu’il y avait 11 questions et non pas 10 dans le « Grand Ticaca de la Mort » et que 4772 + 3789 font 8561 et non 8562 mais on s’en fout … on aimait le Titicaca, pas les maths !!
    Pourquoi je disais ça au juste … ?*
    Ah oui ! Parce que moi l’humour pipi caca c’est pas mon truc … mon truc à moi c’est l’humour Titicaca !!
    – Tout ça pour ça ?
    – Hum, p’t’être mais je fais ce que je veux …
    – Ouais ben ça pu ton truc … sans mauvais jeu de mots …

    Concernant la musique péruvienne, j’ai lu quelque part qu’il y avait 1300 genres musicaux au Pérou influencés principalement par les immigrants Espagnols et Africains … j’imagine que si tu mélanges tout ça, quelque fois, ça peut sonner bizarre. En résumé le Zouglou + le Fandango ça doit pas forcément sonner juste … en gros c’est pas leur faute … ☺
    J’suis d’accord avec toi sur les paysages, à chaque fois qu’il y a une flaque d’eau je kiffe aussi … c’est peut-être pour ça qu’on vit prêt de la flotte non ?

    Sinon quoi écrire de plus … Ah si !! Vous êtes vraiment magnifiques avec vos habits traditionnels … et je trouve que c’est vraiment trop dommage que vous n’ayez pas la place pour les ramener … non franchement … c’est vraiment rageant cette histoire de sac à dos trop petits … y’avait sacrément moyen d’animer un mardi gras en 2017 … voir un Halloween si vous gardez les chapeaux … :p

    Bon aller … faut que j’aille cuisiner … ce soir c’est Rognon de Cuy … ça fait (Cuy au carré) pour les plus matheux d’entre vous … 😉

    Je vous kiffe … le cerveau comme le cœur … 😉

    *Bon en fait je peux te l’avouer Audrey, j’ai écris tout ça pour que tu dormes encore mieux ce soir … et je te jure que tout est vrai sauf le coup du
    ——————————————– connection to internet broken————————————-
    Bah merde … j’ai plus internet ….

  4. Comment fais tu Alain pour sortir un message comme ça.
    Ça te vient naturellement ?
    As tu pensé à te recyclé dans le one man show ?
    En tous cas Audrey ne devait pas s’ennuyer au boulot, ou alors, c’est à cause de ça qu’elle est partie…..
    Pour ma part j’adore.

  5. Tu ne peux pas imaginer les efforts d’ingéniosité incroyables que j’ai dû déployer pour qu’Audrey parte enfin !!

    Je suis d’un naturel plutôt timide et réservé, maladif même, introverti, jamais un mot plus haut que l’autre. J’ai énormément de mal à m’exprimer à l’oral comme à l’écrit. J’ai donc pris sur moi, j’ai beaucoup travaillé afin d’atteindre cet état de schizophrénie complètement dingue qui permet à d’autres personnages de s’exprimer dans ma bouche et sous ma plume. Pour résumer je ne suis pas tout seul du dedans et c’est même un beau bordel …
    – Parle pour toi moi ça va pas mal …
    – Tiens, tu vois Kevin, il n’a pas fallu longtemps !!
    – Comment ça ?
    – Bah là … ça prouve bien que je suis pas seul ! Et toi t’es qui ?
    – Moi, j’suis le gars qui a voulu qu’Audrey parte.
    – Salaud … c’est donc toi qui l’aime pas alors !?!
    – Bah si au contraire !
    – Comprends pas …
    – Il faut une sacré dose d’amour pour vouloir qu’une personne comme Audrey s’éloigne de soi.
    – Et qu’est-ce que t’as fait au juste?
    – Pas grand chose. Elle a en parlé la première, de son tour du monde. Bizarrement pas beaucoup ne croyait à son désir de départ. Elle qui était si joliment lovée dans sa bulle de confort. J’ai juste parlé avec elle, longtemps. J’ai vite compris qu’elle devait le faire, elle en avait envie, mieux ! Elle en avait besoin.
    – Donc t’as parlé, c’est tout ?
    – Euh oui quasiment … ah non ! Un jour elle avait écrit un autoportrait afin de s’inscrire sur un site internet pour trouver un(e) partenaire de voyage et je lui ai dit que j’allais lui écrire un petit texte.
    – Et ?
    – Et j’ai écrit un petit portrait maladroit dont la seule qualité était qu’il n’avait pas été réfléchi, il est sorti tout droit du dedans de moi.
    – Et Alors ?
    – Alors je lui ai envoyé et elle l’a utilisé pour se présenter sur le site.
    – Et tu penses que c’est ton texte qui l’a faite partir ?
    – Non non pas du tout … enfin si, c’est ce texte qui m’a fait accepter son départ … à moi …
    – Et … tu es triste ?
    – Non … non tu rigoles, non, bien sûr que non … c‘est un bonheur tellement immense que de suivre son aventure avec Céline que j’en oublie vite la tristesse de ne plus la voir quotidiennement.
    – Bah moi j’suis triste !
    – Et t’es qui toi ?
    – Moi j’suis le mec qui est triste qu’Audrey soit loin.
    – Et pourquoi t’es triste toi ?
    – Bah parce qu’elle me manque et qu’il y a des moments où j’aimerais trop qu’elle soit là !
    – Et tu n’aimes pas quand elle nous raconte ses aventures ?
    – Si ! Mais moi je préfère quand elle est là …. c’est tout … sinon je suis triste et je boude …
    – Ok, donc toi t’es une sorte de Caliméro TDM alors …

    Tu vois Kevin, on est plusieurs, y’en a qui voulaient qu’elle parte, d’autres non, certains sont heureux, tristes, d’autres se consolent comme ils peuvent et y’a moi … Alain, le personnage qui habite le plus souvent dans ce corps … celui qui oscille entre tous. Et encore tu n’as peut-être pas encore lu le rigolo de service ? Celui avec les blagues à 2 balles … lui, il est particulièrement lourdingue …
    – Hé hé … et Hop ! Un p’tit retournement de « ? » : « ¿ » 🙂
    – Mince il est là lui aussi !
    – Ouais … humour Titicaca les mecs !!! Qui Qui va faire un titicaca sur les rives du lac Titicaca ? Mouarfff …
    – Hum … on peut se tutoyer ?
    – Bah ouais !
    – T’es lourd là …

    Pour résumer, parce que je ne sais plus trop ce que je voulais écrire avant d’être interrompu.
    Elle n’a pas eu besoin de moi pour partir ni d’aucun de mes schizo « friends ». J’aurais pu être le plus triste, le plus heureux, le plus lourdingue du monde … elle l’aurait fait quand même …

    Audrey, elle vit sa vie comme dans un film … et moi … j’adore le ciné … 😉

    – Et le pâté aussi du coup ?!!
    – Hein ?!
    – Le ciné Pathé … !! Mouarf … !!
    – Et merde … pourquoi les déconnections internet n’arrivent pas plus tôt des fois ?

  6. Et bien, tu ne vas peut-être pas me croire, mais j’ai tout compris ce que tu as écrit et dit, pardon, tout ce que vous avez dit…
    J’avais adoré la description d’Audrey sur le site, maintenant je sais que tu en est l’auteur ou l’inspiration.
    C’est vrai que c’est parfois ceux qui nous connaissent le mieux qui parlent le mieux de nous et qui nous comprennent le mieux.
    C’est la même chose pour moi.
    Quand j’ai commencé à parler de mon envie de TDM, peu de personnes m’ont cru, “tu nous dit ça parce que tu es dans une période difficile de ta vie……”, mais ceux qui me connaissent depuis longtemps savent que mon envie deviendra réalité et ils sont derrière moi pour m’aider à réaliser ce rêve.
    C’est donc grâce à des gens comme toi, pardon des amis comme toi, qu’on ne renonce pas à nos rêves.
    Même si comme tu le dis, on le fera sans écouter les autres mais seulement notre coeur.

  7. C’est un peu facile le “je ne veux pas vous spolier” quand en fait tu n’en sais rien non plus de comment les îles elles font pour flotter !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*