Laguna 69 : une épopée epique

Laguna 69 : une épopée epique

Posted from Address not found.

Une aventure, deux points de vue :

Alors nous voilà à Huaraz et déjà, on s’y sent bien. C’est une petite ville nichée dans la montagne à plus de 3000 m d’altitude. C’est charmant et sur la énième plaza del arma (leur place de la paix à eux), nous rencontrons notre premier lama ! Et pas n’importe lequel, un super lama à la page avec veste et lunettes de soleil.

On suit les conseils du routard et on se retrouve dans un hostel au bord d’une rivière. Ok, pas mal.
Renseignements pris, de nombreuses randonnées s’offrent à nous dont la fameuse Santa Cruz sur 4 jours. Nous optons pour des virées à la journée. Premier jour, rencontre avec Jasper et ses parents en provenance de la belgique Flamande et direction le lac de Wilcocacha. Une bonne petite mise en jambe avec ses 500 m de dénivelé. Belle vue sur Huaraz, rencontre de locaux, cochons et chevaux sur la route, nous voilà fin prêtes pour la laguna 69 qui nous attend le lendemain.

Levé à 4h30, départ à 5h, 3h de route pour les hauteurs de Yungay d’où part la rando. Et déjà, c’est magnifique. Lac bleu turquoise, cascades, montagnes environnantes calfeutrées de neige, le décor est irréel. Au loin culmine le Huscaran, 6000 m, le plus haut sommet du Pérou. Et c’est parti pour 3 h de montée, de 3900 à 4500 m d’altitude. Dès le départ le manque de souffle se fait sentir. On souffre. Nos membres sont lourds, la tête tourne. Notre guide nous presse un peu, nous le boycottons et décidons de marcher à notre rythme. Je ne sais pas comment je suis arrivée au bout, franchement, mais dès que le désespoir me hantait, je regardais autour de moi ce décor magnifique et cherchait l’énergie dans les montagnes. Oui, quand on atteint ce point de souffrance, on devient mystique. Et puis voilà, au bout de tous ces efforts, apparaît… La laguna 69. Les larmes me montent aux yeux. Indescriptible. Voilà quelque chose que je marquerais dans mon top 5 de la vie (le mont Fuji, le pont de Brooklyn, le désert de Tatacoa en Colombie et le Silver Star d’Europapark en font partis).

P1000274 Départ du trek

P1000302

Chemin tranquille ( ouais c’est Audrey )

P1000303

Une des cascades qui alimente la vallée

 

Mais à peine remis de nos émotions, encore subjugués par la vue, nous sommes invités à redescendre. Et là ça rigole plus. Ça glisse, ça tremble de fatigue et surtout ça fait mal à la tête. Ai-je attrapé une insolation, suis-je encore sujette au mal des montagnes ? Peu importe, j’ai maaaal. Coca ? Ouais bof. J’en reste à mon vieux doliprane. A force de prendre sur moi, j’atteins le sol et le combi qui nous ramènera à Huaraz. Inutile de préciser qu’après avoir crevés à l’aller, nous sommes coincés par un éboulement de pierre au retour. Rien de plus banal au Pérou. A 19 h nous sommes de retour. A 20 h nous dormons. Heureuses et apaisées par les images époustouflantes de la journée.

P1000313

Éboulement du retour

IMG-20160123-WA0012

On l’a fait

IMG-20160123-WA0013

IMG-20160123-WA0007

IMG-20160123-WA0009

Rencontre de Severine

Céline

 

Mon point de vue de râleuse :

Les trois plus longues heures de ma vie… Oui oui je vous assure! Pire qu’une réunion de boulot, enfin physiquement.

On nous a dit que la laguna 69 était trop belle à voir si on avait pas le temps de faire le trek de Santa Cruz, et que c’était largement faisable, alors on réserve une excursion qui débute à 5h du mat, pour ceux qui me connaissent vous imaginez ma joie…
Stress de ne pas se réveiller, je fais une nuit pas top, 5h on attend notre minibus au froid, nous voilà parti pour 3h de route, ce qu’on ne nous avait pas dit c’est qu’il y a deux heures de pistes. Pas facile pour dormir. On s’arrête sur la route pour prendre quelques photos et au deuxième arrêt,  on remarque que le pneu arrière est crevé. Chouette ça commence bien, l’avantage c’est qu’on est au bord d’un lac au niveau d’une belle plage en sable blanc, je dors 15min entre deux cailloux pendant que le conducteur change la roue.

DSCN0417

Petite crevaison

P1000250P1000253P1000265Petit vue sympa en attendant (prise par Céline, moi je dors si vous avez suivi!!)

On répart pour notre trek. Arrivés là-bas, petite descente dans les rochers pour arriver dans un superbe décor de film, genre la petite maison dans la prairie, ok ce n’est pas un film mais c’était irréel, une plaine, pleine de ruisseau, avec une herbe mega verte et des vaches. Juste trop beau.

DSCN0422
Malheureusement il fallait marcher jusqu’à la lagune, le but n’était pas de voir juste ça. Le guide nous dit qu’on commence doucement et après on y va rapide. Euh… C’est du plat et je suis déjà essoufflée. Ah oui, je ne vous ai pas dit mais le trek commence à 3900m d’altitude et on arrive à 4500m. Les petits marrants diront oh, ça va, ça fait que 600m, c’est ce que je me suis dit aussi mais mon corps ne s’est pas dit la même chose.
Tout d’abord j’étais à bout de souffle, je prends mon temps et saute les petits ruisseaux. Je finis par être dans le peloton de fin puis la dernière. Ce n’est pas grave, je ne suis pas pressée mais voilà qu’arrive la montée et là, le guide n’a pas d’autre idée que de se mettre en dernier. Bravo c’est professionnel mais mega pénible. A chaque fois que tu t’arrêtes pour reprendre ton souffle, il te dit ” go ahead please ” ou “drink water”, mais j’ai pas soif, j’ai le coeur qui bat à cent mille, je veux juste être tranquille. J’essaie de reprendre mon souffle mais il faut répartir! Toutes les alarmes sonnent, j’ai les jambes lourdes, du sang dans les narines, un mal de tête qui pointe son nez, envie de vomir et enfin un genre d’asthme de panique. Je pense à une conversation de Céline avec des française où on avait mentionné qu’on pouvait mourir du mal d’altitude. Allez je n’y pense pas, juste me concentre sur ma respiration. Je finis par dire au guide c’est la même route pour le retour alors laisse moi tranquille, je vous attend ici ou j’y vais lentement mais je peux plus là. Il a du sentir mon désespoir parce qu’il m’a enfin laissé.

DSCN0431

Laissez moi!!!

Je m’installe tranquille pour reprendre mes esprits, mange un super avocat, peut-être le meilleur de ma vie, c’est fou comme un rien rend joyeux quand ça va pas, dommage je n’avais pas de chocolat pour me reconforter. J’admire le paysage, et prend des pastilles à la menthe pour le côté sucré.

DSCN0437

Ça va l’endroit n’est pas trop degueux

Je vois tous les gens qui montent et qui sont exténués, ça me réconforte, je ne suis pas la seule. Je décide de repartir tranquillement avec mon baladeur. Chaque 10m de dénivelé, j’ai envie d’abandonner mais je me dis que ça doit être jolie, j’ai une partie de la bouffe de Céline et puis il n’y a pas d’endroit pour faire la sieste alors je réunis mes dernières force pour manger et dormir à la lagune. J’entraperçois la lagune mais c’est encore loin, j’en ai maaaaarre.

DSCN0438

 

Une demi-heure après les autres, j’arrive enfin pour voir cette magnifique lagune, et Céline qui croyait plus à mon arrivée saute de joie, c’est vraie que l’endroit est splendide, je profite et essaie de ne pas penser au retour…

DSCN0439

La récompense

Audrey

,,,

6 comments on “Laguna 69 : une épopée epique”

  1. Magnifique !!
    Pas grand-chose à dire, les mots et les photos parlent …
    C’est beau … putain c’est beau !!

    – Soit un peu plus poli s’il te plait !
    – Ouais mais là je peux pas … regarde les photos des filles ? T’as déjà vu une photo qui pouvait dépeindre exactement ce que tu avais vu ? Qui savait ne serait-ce qu’esquisser l’émotion qui t’avait parcouru l’échine juste avant de vouloir immortaliser cette vue ?
    – Non je ne crois pas …
    – Les photos sont splendides alors imagine l’état des cerveaux qui n’en ont pas eu besoin pour vivre ça ?
    – Ok je comprends …
    – Alors voilà c’est beau … c’est putain de beau non ?!
    – Ok, c’est p****n de beau … je te l’accorde …

    Alors Merci Audrey et Céline pour ce partage … et même si notre petite raleuse a ralé … je suis sûr que ça valait le coup … non ?

    La prochaine fois, on évitera simplement de se péter des chevilles et on ira courir pour arriver avant les autres au Laguna 69 … 😉

    Bises
    Al

  2. C’est quoi ce bob ?!?

    1. Bein quoi? il est beau ce bob!!!
      Je suis ouverte à toute critique! ! :p
      En fait non pas trop parce que ce bob je l’ai depuis des années, c’est peut être ça le problème ma tête a un peu grandi mais pas lui.
      😀

  3. Et bien quel aventure et quel récit.
    J’étais a fond dedans pour voir si tu avais réussit.
    Bravo.
    C’est dingue comment on peut s’extasier devant de l’herbe verte et des vaches. Lol.
    Ça doit être le manque d’oxygène.

    Continuer à nous raconter vos périples avec autant d’enthousiasme.

    Kevin

  4. C est magnifique Audrey!!
    Bravo pour les photos les filles
    L eau turquoiseeeeeee!bisous à vous 2-3!

  5. C’est clair qu’il y a pire endroit pour crever… Mais bon bravo à vous pour l’ascension (et la descente…) !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*